Définition et utilité du SQL

Le langage de requête structuré (SQL) est un langage de programmation informatique généralement utilisé dans les systèmes de gestion de bases de données relationnelles ou de flux de données. Il a été développé par IBM au début des années 1970 et est maintenant une norme officielle reconnue par l’American National Standards Institute (ANSI) et l’Organisation internationale de normalisation (ISO).

Que signifie SQL ?

SQL est utilisé pour communiquer avec une base de données. Selon l’ANSI (American National Standards Institute), il s’agit du langage standard pour les systèmes de gestion de bases de données relationnelles. Les instructions SQL sont utilisées pour effectuer des tâches telles que la mise à jour des données sur une base de données ou la récupération des données d’une base de données. Certains systèmes de gestion de bases de données relationnelles courants qui utilisent SQL sont : Oracle, Sybase, Microsoft SQL Server, Access, Ingres, etc.  Il est largement populaire auprès des utilisateurs de bases de données, principalement en raison de sa facilité d’utilisation et de la manière très efficace dont il interroge, manipule, agrège les données et exécute un large éventail d’autres fonctions.

utilisation language structure

Les usages du langage SQL

Stocker des informations dans une base de données (SGBD)

Une base de données est une collection systématique de données. Dans une base de données, les données sont stockées dans des tables . Le S dans SQL signifie “structured”, en français, “structuré”. Cela signifie que toutes les données doivent être stockées de manière standardisée. C’est pourquoi des tableaux ont été créés. Les tables sont les objets (structures) les plus simples pour le stockage de données qui existent dans une base. Un champ est le nom de l’attribut (nom de la colonne) est utilisé pour faciliter l’identification des valeurs stockées dans cette colonne. La ligne ou enregistrement, est chaque entrée individuelle qui existe dans une table. Enfin,un champ qui contient une valeur NULL signifie en fait que lorsque la ligne a été créée, aucune donnée n’était fournie pour ce champ.

Décrire, définir et manipuler des données

Les phrases de définition de données, également appelées phrases de description de données, sont utilisées dans les instructions SQL pour définir comment stocker les données dans les colonnes d’une table, comment présenter les données dans les résultats des requêtes et s’il faut appliquer des contraintes d’intégrité au niveau des colonnes. L’ensemble des relations dans une base de données doit être spécifié au système au moyen d’un
langage de définition de données (DDL). Le SQL DDL permet de spécifier non seulement un ensemble de relations, mais aussi des informations sur chaque relation. Le langage de manipulation de données (DML) est le langage qui donne aux utilisateurs la possibilité d’accéder ou de manipuler la condition dont le modèle de données approprié a hérité.

Créer et supprimer des bases de données et des tables

La commande CREATE TABLE crée une nouvelle table dans la base de données. On peut également faire la copie d’une table existante l’aide de cette même commande. La commande ALTER TABLE ajoute, supprime ou modifie des colonnes dans une table. ainsi que les diverses contraintes dans une table. La commande DROP TABLE supprime une table de la base de données. Et la commande TRUNCATE TABLE supprime les données à l’intérieur d’une table, mais pas la table elle-même.

serveur et code

Les essentiels du langage SQL

Les différents types d’instructions SQL :

Les instructions SQL sont classées en cinq types d’instructions différents, qui sont :

  • DML : langage de manipulation des données
  • DDL : langage de définition des données
  • DCL : langage de contrôle des données
  • TCL : langage de contrôle des transactions
  • DQL : Doctrine Query Langage pour récupérer les entités perdues.

Les liste des commandes SQL courantes :

Certaines des commandes SQL les plus importantes sont :

  • CREATE : pour créer une table (create table) ou une base de données (create database) ou un index (create index)
  • INSERT INTO :  pour insérer de nouvelles données
  • UPDATE : pour la mise à jour des données
  • DELETE : pour supprimer les données
  • SELECT : pour extraire les données d’une table
  • DROP: pour supprimer un e table (drop table) ou un index (drop index)

Éléments du langage SQL :

  • les mots-clés : chaque instruction SQL contient un ou plusieurs mots-clés
  • identifiants : ce sont  les noms d’objets dans la base de données
  • chaînes de caractères : des chaînes littérales, soit des expressions avec des types de données CHAR ou VARCHAR
  • expressions : elles sont formées de plusieurs types d’éléments différents
  • variables : ce sont les variables locales, les variables de niveau connexion et les variables globales.

Qu’est-ce que le NoSQL ?

Une base de données NoSQL signifie généralement qu’elle est non relationnelle, distribuée, flexible et évolutive. Les autres fonctionnalités des bases de données NoSQL courantes incluent l’absence de schéma de base de données, le regroupement des données, la prise en charge de la réplication et la cohérence éventuelle, par opposition à la cohérence typique des transactions ACID des bases de données relationnelles et SQL.

Avantages et inconvénients du SQL

Avantages

SQL est un langage fiable et efficace utilisé pour communiquer avec la base de données, ses avantages sont donc :

  • Traitement de requête plus rapide
  • Langage standardisé
  • Portabilité
  • Langage interactif
  • Facile à apprendre et à comprendre

Inconvénients

Les mauvais cotés de SQL sont :

  • une interface complexe
  • un prix couteux
  • le contrôle n’est que partiel