La gestion du risque fournisseur est une tâche essentielle de la fonction achat, permettant de garder l’entreprise en équilibre. Les défaillances des fournisseurs peuvent en effet avoir une puissante influence sur les processus achats et sur le cycle de production. Les directeurs achats ont donc tout intérêt à prévenir ces risques, et notamment le risque financier qui fait partie des plus impactants. Comment bien gérer les risques financiers liés aux fournisseurs ? Voici nos conseils.

Quels sont les risques financiers ?

Les fournisseurs collaborant avec les entreprises appartiennent à différents secteurs et possèdent chacun une situation financière propre, qui évolue au fil du temps. Une évolution négative de la santé économique d’un fournisseur peut alors avoir des conséquences directes sur l’entreprise cliente. Un fournisseur en difficultés financières peut en effet donner lieu à :

  • des ruptures de stock ;
  • des retards de livraison ;
  • une baisse de la qualité des produits ;
  • etc.

Les risques financiers englobent donc toutes les potentielles aggravations de la santé financière d’un partenaire fournisseur. Ce risque peut être induit par :

  • le climat économique ;
  • la dynamique de marché ;
  • le modèle économique ou commercial en place ;
  • la concurrence.

Pouvoir anticiper ces risques est donc primordial pour toute entreprise, afin de ne pas se retrouver brutalement en situation d’instabilité. Un fournisseur défaillant, notamment s’il fait partie des fournisseurs-clés de la firme, peut avoir de graves conséquences sur les performances globales de cette dernière. Voilà pourquoi la gestion du risque fournisseur, et en particulier financier, devrait être une priorité pour toute fonction achat.

Gestion du risque fournisseur : le tableau de bord de Gartner

La gestion du risque fournisseur implique :

  • d’identifier les risques ;
  • de les classer par ordre de priorité ;
  • de préparer des plans d’actions ;
  • de les suivre.

Concernant le suivi des risques financiers, il nécessite la collecte de données fiables et à jour. Le recours à des sociétés de renseignement peut dans ce cas être utile. Saisies dans un processus standardisé, ces données permettent alors de garder un œil sur la santé financière des différents fournisseurs, dans le but de pouvoir détecter à temps une éventuelle menace et de s’y préparer. Pour ce faire, le cabinet de conseil Gartner propose la mise en place d’un tableau de bord de santé financière permettant de comparer et de surveiller la situation des fournisseurs de façon précise. Ce tableau comporte un système de notation basé sur 5 critères financiers clés :

  • la croissance du chiffre d’affaires du fournisseur ;
  • sa trésorerie ;
  • sa rentabilité ;
  • sa dette nette ;
  • la solidité du bilan.

Un nombre de points est attribué à chaque partenaire sur ces 5 critères, donnant lieu à une notation finale déclinée en 5 niveaux de situations financières :

  • situation solide ;
  • situation positive ;
  • situation variable ;
  • situation instable ;
  • situation critique.

En fonction de ces notes, l’entreprise obtient ainsi une vision claire sur le risque financier qu’elle encourt avec chaque partenaire. Il est bien sûr important de prendre en compte à chaque fois les particularités des fournisseurs (cœur de métier, ancienneté, secteur géographique…), pouvant venir tempérer l’attribution des points.