Une maladie récente et dangereuse, le burn out devient de plus en plus fréquent chez les travailleurs. Il peut affecter la productivité d’une entreprise si une mesure n’est pas prise. De ce fait, les employeurs, ainsi que les employés, doivent savoir le détecter, connaître les bonnes manières pour s’en sortir et le prévenir.

Qu’est-ce que le burn out ou l’épuisement professionnel ?

Également appelé syndrome d’épuisement professionnel, le burn out est un terme anglais traduit littéralement par surmenage. Il se classe comme une maladie touchant tous les métiers existant. Il se manifeste par l’épuisement physique, mental et émotionnel d’un individu qui affecte plus les femmes que les hommes.

Cela apparaît au moment où la personne atteinte ne se sent plus sûre de son travail, malgré son engagement et peut même aboutir à un arrêt de travail. À force de vouloir produire plus, elle n’arrive plus à faire la différence entre la réalité et les objectifs fixés. Cet épuisement professionnel n’est apparent qu’au fil du temps, quand la personne se sentira de plus en plus incapable de mener à bien ses missions.

Les différences entre burn out et dépression

Souvent pris dans la confusion, la dépression et le burn out sont deux concepts différents. Pourtant, les deux cas affectent l’état physique, la santé émotionnelle et mentale d’une personne, même si les symptômes restent différents.

Au niveau de la cause principale, le burn out se manifeste suite à une surcharge ou à un stress au travail. Quant à la dépression, elle est causée par divers facteurs sociaux, psychologiques ou génétiques.

Au niveau de la productivité, une personne atteinte de burn out reste très active le matin et se trouve dans un état d’épuisement l’après-midi. Pour une dépressive, elle devient plus active et productive seulement le soir.

Au niveau de la motivation, une personne atteinte d’épuisement professionnel reste engagée à travailler, mais ne possède pas l’énergie suffisante pour l’effectuer. Pour la dépression, la personne ne veut pas travailler alors qu’elle possède l’énergie nécessaire pour ce faire.

Les signes d’un épuisement professionnel

Comme il s’agit d’une maladie portant atteinte aux personnes très engagées dans leur travail, les signes de cet épuisement professionnel se catégorisent en trois formes. Or, les signes restent les mêmes pour les hommes et les femmes :

Des signes physiques

Les signes physiques de l’épuisement professionnel sont nombreux. Cependant, elles se manifestent par une fatigue atypique tous les jours, une insomnie, des maux de ventre et maux de tête incessants, des crampes musculaires, ainsi qu’une perte d’appétit.

Une souffrance psychique

Cela affecte généralement l’état psychique et émotionnel de la personne et amène principalement à :

  • L’anxiété et l’irritabilité
  • La tristesse
  • Le trouble de mémorisation
  • La perte de motivation,
  • La perte d’estime de soi.

 

burnout

 

D’autres signes caractéristiques

À part les signes de souffrances physiques et psychologiques, cette maladie provoque également des comportements très négatifs vis-à-vis de l’entourage. De plus, la personne va devenir très désorganisée dans l’accomplissement de ses tâches majeures tout en dévalorisant ses propres objectifs.

Les étapes du burn out

Afin de mieux comprendre l’évolution du burn out, il existe quatre phases qu’il faut savoir :

La phase d’alarme

Cette première phase d’épuisement professionnel se manifeste principalement par un stress permanent. Ceci va s’intensifier et les organismes souffriront de ce stress interminable comme le trouble de sommeil et la douleur d’estomac.

La phase de résistance

Cette phase montre que la personne n’a pas réussi à se débarrasser de son stress et commence à s’habituer aux douleurs du corps. Or, cette persistance peut provoquer un déni de la maladie et risque de lui faire passer à la phase suivante.

La phase de rupture

Si les symptômes ont disparu durant la phase de résistance, dans cette troisième étape, elles vont réapparaître plus gravement. En plus du stress, la fatigue devient plus flagrante : des signes d’épuisement mental ou un épuisement psychologique, qui pourraient même aboutir à un surmenage.

Le burn out

À ce stade, la personne devient totalement épuisée et perd toute sa motivation et sa confiance en soi pour accomplir son travail. De plus, son angoisse et son stress vont provoquer un cynisme envers les autres. Il est à noter qu’une personne atteinte du burn out peut bel et bien mourir d’épuisement

burnout

Prévenir le burn out

Comme vous avez pu connaître tous les symptômes et les causes du burn out, il ne reste qu’à prévenir la maladie.

La récupération au quotidien

Dans le cas où vous commencez à stresser dans votre travail, comme prévention, vous devez prendre du repos. Cela permettra à votre organisme de récupérer. Pour ce faire, vous pouvez manger des compléments alimentaires et des aliments riches en vitamines et minéraux.

Se recentrer sur soi-même

Une belle initiative à prendre, vous devez vous concentrer sur vous-même. Cela vous permettra de mieux vous connaître, de vous souvenir de vos objectifs personnels et de vos rêves tout en vous relaxant.

Améliorer sa communication

Un des problèmes majeurs pour atteindre le burn out, la communication joue un rôle majeur sur la santé. N’hésitez pas à en parler avec votre entourage en cas de démotivation, d’ennui ou sur l’apparition des premiers symptômes.

Comment sortir d’un burn out ?

Si vous êtes déjà atteint de l’épuisement professionnel, vous devez dans ce cas suivre ces étapes pour vous en sortir sans séquelles :

Consulter son médecin

Un professionnel de santé reste toujours un meilleur accompagnateur durant une mauvaise passe. Il vous guidera pour un traitement adapté, selon les symptômes qui vous atteignent.

Se reposer et se déconnecter

Puisque cela provient de vos efforts excessifs pour le travail, vous devez vous reposer un moment afin de vous déconnecter de tout. Cette déconnexion peut prendre plus de temps, soit quelques semaines ou quelques mois.

En parler, partager

Un burn out n’est jamais intimidant. Au contraire, vous avez le droit d’en parler à vos collègues de travail et votre supérieur. Ils sauront vous comprendre et vous donneront même des conseils pour y échapper.