Deux choix s’offrent à vous lorsque vous décidez de démarrer votre propre entreprise. Vous pouvez, soit vous créez une nouvelle entreprise, soit vous achetez une société déjà existante. Cet article met en avant cette seconde option pour vous aider à y voir clair pour prendre votre décision.

Acquisition d’entreprise : une démarche plus facile et plus efficace

Acquérir une entreprise peut, en particulier, être plus facile et plus efficace que démarrer une entreprise à partir de zéro. C’est pour cette raison que de plus en plus d’entrepreneurs ont recours au concept de fusion et d’acquisition d’entreprise. Communes au sein de tous les secteurs d’activité, les opérations de fusion et d’acquisition sont une solution idéale pour lancer, étendre ou encore diversifier votre entreprise.

Il est tout de même important de préciser que l’achat d’une entreprise est différent d’une franchise commerciale. Celle-ci fournit juste le droit d’utiliser et non le droit de posséder un cadre commercial qui appartient à d’autres.

Contrairement à la constitution en entreprise, cession entreprise serious game vous permet d’utiliser l’ensemble des licences, des permis et autres autorisations dont bénéficie l’entreprise cible. Vous pouvez aussi utiliser tous ses actifs, de manière immédiate. De ce fait, votre entreprise constitue une société permanente, vous permettant ainsi d’être opérationnel rapidement.

Comment faire pour acquérir une entreprise ?

Comme pour tout projet important, l’acquisition d’une entreprise demande une réflexion personnelle et la prise en compte des différents mécanismes juridiques. Avant de vous lancer dans l’achat d’une entreprise, il vous est fortement recommandé de faire plus ample connaissance avec les principales phases d’acquisition.

  • La préparation d’un accord de non-divulgation : il s’agit d’un contrat juridique ayant pour rôle de protéger tous les secrets commerciaux d’une société, mais aussi d’autres informations confidentielles à divulguer lors de l’achat (plus d’informations sur le contrat nda pour la confidentialité) ;
  • La rédaction d’une lettre d’intention : c’est un accord non contraignant qui énonce les différentes conditions à inclure dans le contrat d’acquisition, notamment le prix d’achat ;
  • La mise en place la phase de due diligence ou de due raisonnable pour vous permettre d’évaluer l’entreprise que vous allez acheter. Cette phase vous aide à apprendre davantage son histoire, sa structure, ses opérations, sa santé financière, les contrats qu’elle a en cours, les litiges et tout ce qui concerne ses employés ;
  • La rédaction d’un contrat d’achat : ce document comprend essentiellement les différentes conditions mentionnées dans la lettre d’intention. Ce contrat décrit le processus d’acquisition. Il vous est fortement recommandé de faire appel à un avocat pour vous accompagner dans cette démarche ;
  • L’accord de non-concurrence pour restreindre un membre de la direction, un propriétaire d’entreprise ou un autre employé à long terme présentant un risque concurrentiel, que ce soit de manière directe ou indirecte ;
  • La clôture : c’est à cette phase que tous les accords entre vous et le vendeur sont exécutés et échangés. C’est le moment de transférer le prix d’achat au vendeur et de vous transférer le titre commercial de l’entreprise ;
  • La transition : durant cette étape, en tant qu’acheteur, vous commencez à prendre le contrôle de l’entreprise et de ses opérations, généralement avec l’aide du vendeur afin d’assurer la conservation de la valeur de l’entreprise acquise.