Le taux d’humidité dans un lieu donné comme un local professionnel ou un bureau, influence la qualité de l’air et donc le confort de ses occupants. En effet, un niveau d’humidité trop bas ou trop important peut avoir des conséquences sur leur bien-être et même être source de plusieurs maladies. C’est justement pour éviter ce risque qu’il est conseillé de se servir d’un hygromètre, aussi appelé humidimètre.

 

 

Comment l’hygromètre peut rendre une pièce plus confortable ?

Le taux d’humidité relative est dit idéal s’il est compris entre 40 et 60%. Dans une pièce où le cadran de l’appareil de mesure affiche un taux d’humidité inférieur à 40%, cela signifie que l’air est trop sec. Il est susceptible de favoriser l’assèchement des muqueuses et des irritations des yeux et de la gorge, sans oublier les démangeaisons.

Il est également possible que la peinture pèle et que les meubles se déforment. Dans le cas contraire, c’est-à-dire que l’enregistreur affiche un seuil d’humidité dans l’air supérieur à 60%, les occupants risquent de souffrir d’allergies et de troubles respiratoires. Le local risque aussi d’être endommagé par les moisissures et les tâches si des mesures ne sont pas prises dans l’immédiat.

En effet, la mesure de la température et humidité est une chose, mais elle doit être suivie d’actions correspondantes. Par exemple, si l’afficheur montre un niveau d’humidité élevé, l’usage d’un déshumidificateur sera de mise. Au contraire, pour un niveau d’humidité trop sec, un humidificateur pourrait être la solution.

Un instrument hygrométrique va donc permettre de maintenir l’humidité absolue pour que le bien-être des occupants de locaux soit toujours préservée. C’est en agissant sur la température ambiante que vous pourrez réguler le taux d’hygrométrie qui s’affiche sur l’écran LCD du thermomètre digital.

 

 

Les différents types d’hygromètres

Faire une liste de tous les hygromètres serait impossible car ce sont des dispositifs qui ont beaucoup évolué avec le temps. On peut par exemple citer l’hygromètre à condensation, l’hygromètre en bobine de papier métallique, l’hygromètre à cheveu, le psychromètre… Aussi, un modèle peut être analogique, électrique ou numérique.

L’hygromètre le plus couramment utilisé est le psychromètre. Pour mesurer l’humidité relative dans ce cas, il faut se référer à la différence entre le psychromètre à bulbe sec et le psychromètre à bulbe humide. Pour l’hygromètre à cheveu humain, le niveau d’humidité dans le local sera mesuré en maintenant le cheveu sous une certaine tension avec un ressort métallique relié à une jauge à aiguille. C’est cette dernière qui indiquera l’humidité relative. Plus d’infos sur https://www.wizza.fr/hygrometre/.

Il est possible de trouver un thermomètre hygromètre, qui comme son nom l’indique, permet à la fois de mesurer la température ambiante et le taux d’humidité contenue dans l’air. On s’en sert principalement en station météo, mais il peut aussi être utile dans un local.

 

 

Comment choisir un modèle ?

Comme énoncé plus haut, il existe un large choix d’hygromètres sur le marché. Si vous en avez les moyens, optez pour un modèle numérique doté de la toute dernière technologie, comme l’affichage LCD et le rétro-éclairage. Plus un modèle est optimisé, plus la mesure thermique sera précise. En revanche, ces dispositifs sont assez coûteux. Si vous voulez faire des économies, se rabattre sur un modèle analogique est la solution.

Certes, il est beaucoup moins précis, mais grâce une bonne calibration et un nettoyage annuel chez l’horloger, il devrait solutionner le problème d’humidité dans votre local tout en vous aidant à atteindre un niveau de confort optimal. Quant aux modèles électriques, sachez qu’ils sont beaucoup plus opérants dans les environnements secs. Bref, en cas de doute, il est préférable de demander conseil à des professionnels ou des personnes qui s’y connaissent.