Remarquant un environnement très adapté à l’entrepreneuriat, beaucoup d’entrepreneurs français sont séduits par les USA, par ses perspectives pour le développement des sociétés, les opportunités commerciales ainsi que la souplesse administrative constituent des atouts qui séduisent les entrepreneurs . Suivez les conseils et osez.

 

Les démarches administratives pour l’immigration.

 

Une des premières étapes pour pouvoir prétendre s’établir aux USA, c’est d’être éligibles et d’avoir l’approbation aux formalités avant d’embarquer.

En effet, pour pouvoir créer sa société aux États-Unis, les ressortissants français doivent obtenir un visa aux services d’immigration. Les contraintes peuvent être très rigoureuses mais le jeu en vaut la chandelle. Peu d’entrepreneurs sont assez déterminés pour exporter le french touch jusqu’au Nouveau Monde.

En tant qu’investisseurs, vous aurez besoin de faire une demande de visa auprès de l’ambassade américaine ou du consulat des États Unis. Le visa usa qu’il vous faut est de type E1 ou E2.  Leur durée de validité est de 2ans mais ils sont renouvelables indéfiniment.

Dès le dépôt de votre dossier de demande de visa, nous vous conseillons de vous faire aider par un professionnel car des documents spécifiques vous seront demandés comme un business plan, la région de l’implantation de la société qui doit être déterminée par les autorités américaines et l’obligation d’employer 10 salariés.

Comment créer sa société aux États-Unis.

 

Pour une démarche éclairée et judicieuse, là aussi, il est préférable de recourir aux services d’un avocat spécialisé en droit des affaires. Monter son entreprise à l’étranger, notamment aux USA n’est pas comme créer une entreprise en France.

Aux États-Unis, les formalités à suivre pour créer sa société sont complexes et dépendent du statut légal de l’entreprise. Est-ce une Entreprise Individuelle (Sole Proprietorship) ? Est-ce une SARL ou Limited Liability Partnership en anglais ? Ou une Corporation ? Les entreprises ayant ce statut ont des avantages fiscaux considérables mais les formalités administratives sont lourdes. Enfin, est-ce un General Partnership ? Vous devriez vous informer avec votre avocat, lequel de ces statuts est le mieux adapté à votre projet.

 

Se déplacer aux États Unis avec un visa ESTA

Vous serez amené pendant la période de préparation de votre implantation aux États-Unis à effectuer de nombreux voyages aux USA. Vous devez rencontrer beaucoup de personnes pour finaliser le projet, et vous aurez aussi besoin de voir de visu vos futurs locaux par exemple pour évaluer les éventuels travaux.

Pour ces déplacements préparatifs, vous pouvez utiliser l’ESTA, pour un séjour à titre de voyage d’affaires. Ces visas sont plus faciles et plus rapides à obtenir.

L’ESTA, dans le cadre du programme d’exemption de visa pour les ressortissants des pays membres, est une autorisation de voyage électronique (AVE) qui vous permet de rester sur le sol américain pendant 9O jours maximum. Pour obtenir une autorisation, il suffit de se connecter au site du gouvernement américain, via le département de la sécurité intérieure, et de faire une demande de formulaire ESTA en ligne. Pour remplir le formulaire, vous entrez votre numéro de passeport valide. Il doit être biométrique ou à lecture optique. Mettez votre nom de jeune fille, si vous êtes une femme. Il vous faut aussi payer les frais par carte bancaire, et attendre l’approbation de la demande dans les 72 heures.

Pendant les 2 ans, durée de validité de l’ESTA, vous pouvez voyager aux États-Unis sans avoir besoin de visa, à condition d’y séjourner moins de trois mois et de ne pas travailler.

Si votre demande d’ESTA a été refusée par les services d’immigration, vous n’aurez pas le choix que de faire une nouvelle demande de visa classique.

Une fois votre entreprise implantée, vous pouvez vous concentrer sur la manière de gagner en prospérité. Et n’oubliez pas votre devoir de vous soumettre à toutes les obligations fiscales américaines !